Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 19:32
blabla

Partager cet article

Repost0

commentaires

jean-philippe 06/01/2013 18:52


injustices,pervercitées,abus et démagogies de la justice française




Bonjour, 
Je vis depuis 12 ans un véritable calvaire,suite à une séparation;j'ai fait déjà appel à des nombreux organismes et des personnes très haut placés sans résultats. 
J'ai honte de mon pays,vus les délits excessivement graves qui ont étais commis contre ma fille et moi-même entre autres,atteinte grave à mes droits fondamentaux d'êtres humains et de
père,atteinte aux droits de ma fille,humiliations,menaces,intimidations,coups porter sur mon enfant,dénis de justice,abus de pouvoir,discriminations sexistes et religieuses,denis de la vérité
et du vrai,notifications mensongères sur facebook me traitant de pédophile,insulte par ma fille,procédure diffamatoire et mensongère,signes franc maçon sur certains documents,aucun
justificatif de scolarité de 2000 à septembre 2010,normalement fourni par mon ex-concubine selon la loi,perte volontaire de documents fournis par moi-même pour le jugement de novembre
2010;escroquerie et complicité d'escroquerie,commis par mon ex-concubine avec le cabinet d'huissier moutet et renaudier pour une somme de 168,90 euros;spéculation totalement farfelus sur mes
revenus dans le jugement du 8 mars 2012,d'après la juge je gagne plus où moins 3500 euros par mois avec ma femme ce qui n'est pas vrai,je ne gagne pas une somme pareille et je ne là gagnerais
jamais;saisie sur salaire depuis octobre 2010,sans respect de la loi tout ceci en toute impunité. 
Je pense que mademoiselle molinier à bénéficié de complicité au commissariat de police de vienne. 
J'ai l'intention,à plus où moins longue échéance de faire condamner les personnes à l'origine de cette affaire,car ils étaient parfaitement au courant de ce qui se passait. 
Ils ont détruit ma vie et pire encore celle de ma fille;cette affaire m'a psychologiquement détruit,avec aussi des préjudices financiers;je ne sais pas l'état psychologique dans laquelle ma
fille se trouve,mais elle doit terriblement souffrir. 
Ils ne respectent pas la loi et malheureusement ,comme dans beaucoup d'affaires,ils s'arrangent pour que vous engagiez à l'infini des procédures pour faire valoir vos droits,je n'ai pas
d'argent à mettre dans des procédures coûteuses et inutiles. 
Pour madame seris juge aux affaires familliales du tribunal de vienne,il faut que ma femme parte de chez nous pour rencontré ma fille,ce genre de comportement démontre une totale
incompétence. 
Pour moi il n'y aura aucune médiation et dialogue possibles avec ces gens là qui bafouent les valeurs de la république,il n'y a aucun dialogue possible,la confiance est rompu et je passerais
le restant de mes jours à les poursuivrent pour qu'ils soient condamnés. 
Ce que je trouve d'inadmissible,intolèrable,c'est que mademoiselle molinier,qui à commis des délits continue à nuire,à distiller ses mensonges,calomnies sur moi et faire ses petites
magouilles,tout celà sans être inquiéter par les autoritées,mais moi par contre qui n'a rien fait,j'en prends plein la figure;il y a là volonté de nuire,me détruire de la part de toutes ces
personnes. 

jean-philippe


jean-philippe 06/01/2013 18:49


auxilliaires de justice au dessus des lois




vendredi 23 novembre 2012 à 01:40


Bonjour, 
Il y a 2 ans j'ai été saisi sur salaire,malgré le non respect de mes droits de père;aucune information sur les études de ma fille depuis 10 ans et justificatif de scolarité par mon
ex-concubine mademoiselle molinier marie-madeleine. 
En juillet 2010,j'avais payé la pension par chèque bancaire;mademoiselle molinier est venu soutenir au cabinet d'huissier moutet et renaudier 34,cours de verdun bp 204 38201 vienne cedex,que
je devais ce mois de pension,j'ai été saisi sur 4 mois de pension,alors que j'avais déjà payé le mois de juillet. 
Malgré les courriers écrit en recommandé avec accusé de reception par mon avocate,ils ne m'ont jamais répondu. 
Ce silence est un aveu d'une complicité d'escroquerie avec mademoiselle molinier en vu de m'estorquer de l'argent. 
Je demande le remboursement immédiat de la somme qui m'a été volé avec les intérêts par mademoiselle molinier. 

jean-philippe


jean-philippe 06/01/2013 18:47


DROITS & LIBERTES 
SITE : http://droitslibertes.free.fr/ 
Solidarité, action et réflexion contre les abus de pouvoir 
============================ JEAN-PHILIPPE OU LES DIFFICULTES D’ÊTRE UN PERE EN FRANCE 
(par Jean-Philippe VORGEAT, adhérent) 

Je m’appelle Jean-Philippe. En 1986 j’ai vécu en concubinage avec Marie- Madeleine. De notre union est née Stéphanie en 1990. 
Dix ans plus tard en 2000, Marie-Madeleine et moi nous nous sommes séparés à sa demande. Le jugement qui a suivi cette rupture accordait classiquement à la mère une pension alimentaire et à moi,
son père, un droit de visite et 
d’hébergement d’autant plus aisé que nous habitions dans la même ville (Vienne 
en Isère). 
Déjà les horaires pour mon droit de visite n’étaient pas respectés par Marie- 
Madeleine et j’attendais souvent devant sa porte son retour pour prendre ma fille 
ou la ramener les week end. 
De même Marie-Madeleine a plusieurs fois abusé en décidant unilatéralement de ne pas me confier notre fille estimant que déjà « j’avais de la chance de la voir » 
« De la chance » ? Alors que c’était tout simplement mon devoir et mon droit de 
père ! C’était aussi tout simplement la loi… 

Mais Marie-Madeleine ne semble considérer que la loi c’est uniquement sa volonté personnelle et estime que le père n’a que le droit de se taire et de payer. Je garde de notre relation l’image
d’une femme ayant des difficultés personnelles et usant à mon encontre d’une forme de violence. Elle me reprochait sans cesse mes relations, ma famille, mes choix religieux et au fond, tout ce
que j’étais. Cela n’est pas sans me rappeler une forme de harcèlement moral qui vise à discréditer l’autre, à le rabaisser ceci pour mieux le soumettre à ses changements d’humeur et en somme à sa
tyrannie. Ce harcèlement moral est toujours le fait des violences conjugales et précède souvent le coups dans le cas des maris violents. 

Signalons que Marie-Madeleine a vécu avec un nouveau compagnon, Raphaël. Je me suis moi même marié de mon côté. Cette séparation aurait pu se dérouler au mieux pour permettre le bonheur de
Stéphanie. 

Pour ma part je suis un adulte et j’ai au fond choisi à un moment donné de vivre avec cette femme. J’en assume donc les conséquences. Le problème c’est que notre fille, Stéphanie, une adolescente
de 14 ans, a fait les frais des déséquilibres de sa mère et de sa nouvelle liaison avec Raphaël. En effet elle a été victime de violences physiques de la part du compagnon de sa mère. 

A partir de juin 2004, j’ai commencé à déposer des mains courantes à la Police pour des violences à l’encontre de Stéphanie qui un soir est même arrivée en pleurs chez moi. Ma fille a été
examinée par mon médecin de famille et a déposé plainte… puis elle a retiré sa plainte probablement par peur. Quant à mes plaintes à la police ou au tribunal, elles sont restées sans
suite. 

A mes demandes d’explication téléphonique Marie-Madeleine m’a répondu que 
« cela ne me regardait pas » ce qui est la meilleure car je suis le père de Stéphanie ! A partir de là, les relations ont été de plus en plus tendues avec des interventions assez partiales de la
police. Je pense à une Inspectrice de Police, Madame Glasson (sic), qui nous a reçu Marie-Madeleine et moi et qui s’est permis des commentaires assez déplacés contre la garde alternée (la loi la
permet !) et sur la manière dont le jugement avait fixé le paiement de la pension ! 

Le 31 mai 2005, j’avais en effet demandé la garde alternée en vue de retirer un 
peu plus souvent Stéphanie de ce milieu si défavorable. 

De son côté, Marie-Madeleine, suivant sa stratégie de brouillage puis 
d’anéantissement de mes droits de père a déposé plainte contre moi pour 
« diffamation » ! 

En mars 2006, brutalement, la justice, sourde à mes demandes se réveille. Je suis convoqué par le Procureur Monsieur Labeaume. A ma grande surprise celui-ci me qualifie de « menteur » et me
menace de me faire « jeter en prison » (sic) ou de « verser 7500 Euros d’amende » ! Tout cela devant mon avocate qui n’a pas même pas réagi ! Je suis sorti de cet entretien totalement abasourdi


On retrouve là une vraie stratégie de harcèlement moral qui, d’abord pratiquée par Marie-Madeleine s’est étendue à la Police et au Tribunal de Vienne ! Pourquoi harcèlement moral ? 
1. D’abord les violences verbales y compris de la part d’agents de l’Etat dont la mission serait plutôt d’être, il me semble, impartiaux dans un conflit 
familial. 
2. En outre je pense à ma fille qui a senti ma totale impuissance à l’aider et 
qui a même subi le contre–coup négatif de mes tentatives. Je crois qu’elle 
a pu m’en vouloir et s’est renfermée sur elle même. Aujourd’hui elle a 20 ans et nos rapports sont très difficiles du fait qu’elle est mal à l’aise dans sa peau. 
3. Ensuite la passivité des institutions pour améliorer la situation de ma fille suite à mes plaintes répétées. On ignore superbement tout ce qui vient contrer mon ex-compagne Marie-Madeleine !
Justice et police me semble partisanes ! 
4. Cette même Marie-Madeleine ne répond jamais à mes courriers au sujet de notre fille et répète que l’éducation de ma fille « ne me regarde pas » alors que, par ailleurs, elle tient beaucoup à
ce que cela soit elle qui reçoive la pension à la place de notre fille devenue majeure. 
5. En mai 2010, ma fille devrait, selon la loi, recevoir elle même la pension 
pour la poursuite de ses études. J’en fait la demande auprès du Tribunal de Vienne. Le jugement n’arrive que fin décembre 2010. Sept mois plus tard ! Il a fallu sept mois, bien des frais
(avocats,…) et beaucoup de soucis pour obtenir que... ma demande de versement directe ne soit même pas discutée par le Tribunal. 

Que faire ? Appel ? Encore des frais !! Encore des alarmes et des soucis ! 
Je suis écœuré. C’est pour cela que j’ai adhéré à une association comme 
DROITS ET LIBERTES qui me conseille et surtout qui m’écoute. C’est pour cela que je fais appel à tous les pères de France, à tous les parents, maltraités comme moi et au delà l’opinion publique
dans notre pays ou l’institution judiciaire est devenue le contraire la caricature d’une vraie justice ! 

Jean-Philippe VORGEAT.